Une Communauté hospitalière pour pèlerins

 

Fondée en 1992, L’Hospitalité Saint Jacques se consacre, à l’accueil et à l’accompagnement spirituel des pèlerins de Compostelle .  Située à Estaing (Aveyron) sur la voie du Puy, elle dépend du diocèse de Rodez qui l'a reconnue   comme Association de fidèles en Octobre 2007.

 

 

 

le château

 

 l'église

 

l'Hospitalité Saint Jacques

 

 

 

Infos "spécial covid19"

 

L'accueil est ouvert tous les jours sauf le dimanche. 

En raison desmesures sanitaires, il n'y a que 5 places . 

 

Vu le peu de places disponibles, et contrairement

à l'habitude, il est possible de réserver à l'avance. 

 

Les consignes sanitaires de désinfections des locaux,

des gestes  barrières et le port du masque sont respectés. 

 

La contrainte de la distanciation physique

ne nous empêchent pas d'accueillir chaleureusement !

 

 

Information valable jusqu'à nouvel ordre...

 

 

 

 

Nouvelle date à retenir!
19ème RENCONTRE DES HOSPITALIERS
En raison de la situation sanitaire incertaine à ce jour, cette rencontre, prévue du 12 au 14 février prochain, ne
pourra pas avoir lieu.
Elle est repoussée du 23 au 25 octobre 2021 à Conques.

 

La communauté des Prémontrés (Conques),
Pauline et Marcel Dobon (Maison Béthanie à Eauze)
L’Hospitalité Saint Jacques (Estaing)

 

Saurons-nous trouver dans cette épreuve douloureuse bien

des lumières d’Espérance… pour le monde à venir ?

 

Le monde à venir… Un appel à la conversion

Un tout petit virus menace le monde et notamment les pays les plus riches au développement désordonné, sans frein et sans sagesse, abîmant la planète au passage jusqu’à la destruction de ses
équilibres naturels. Une société sur développée dont les techniciens et les scientifiques faisaient son orgueil, réduite à enfermer ses populations comme durant les épidémies du Moyen-âge, impuissante devant le danger et seulement capable de produire des chiffres et des courbes statistiques parfois douteuses. Les populations affolées ou résignées, méfiantes, perdent leurs illusions sécuritaires et, fragilisées par les contraintes sanitaires et la peur, se désorganisent, se dérèglent sous l’oeil des gens d’armes, derniers remparts du
pouvoir. Mais les pèlerins sont venus sur les chemins de Saint Jacques pour échapper à la claustration, la paralysie et respirer un peu de liberté. Peut-être aussi, pour trouver une issue dans ce
monde sans âme qui menace de s’effondrer. Pourquoi donc cette
proportion élevée de pèlerins ayant assisté à la prière dans notre chapelle ?
Très peu osent avouer comme cette recherche spirituelle leur
apparait vitale : ultime réserve d’un peuple matraqué de longue date par l’impératif de laïcité ? « Surtout, ne vous réfugiez pas dans la prière ou dans l’Eglise »… comme certains, priant Saint Roch, (médecin pèlerin au temps de la grande peste, invoqué dans les épidémies), tous les matins à l’Hospitalité Saint Jacques ! Si nous payons le prix fort de notre démesure Babélienne et de nos avidités,
gageons que cette période charnière puisse accoucher d’un élan vital plus sage, plus respectueux de la Création, grâce à Dieu. Saurons-nous trouver dans cette épreuve douloureuse bien des lumières
d’Espérance pour le monde à venir ?
Que le Seigneur, Créateur du monde visible et invisible nous montre le chemin de la conversion ! A la mobilisation générale contre la Covid doit succéder une profonde conversion au Christ Sauveur !
                                                                                                               Léonard

(édito Lettre de l'Hospitalité 75)

 

 

 

 

Sauver sa peau ou sauver sa vie ?

 

Ils ont redécouvert leurs vocations quand, sans les protections nécessaires, ils n’ont pas déserté mais, au contraire, se sont dépassés au service des autres, au risque de leur propre santé et de l’épuisement.

Ils ont redécouvert leurs vocations, quand, au centre du brasier de Notre Dame, ils ont voulu sauver ce saint édifice et tout ce qu’il contenait de Saint : Saint-Sacrement, Autel, Croix et saintes reliques…

Il a vécu sa vocation, quand il a pris la place d’une otage retenue par un terroriste meurtrier et qu’il a donné volontairement sa vie.

Virus, feu infernal, fanatisme…

Croit-on vraiment que la vie n’est qu’une fonction, que l’homme n’est qu’un rouage social, qu’un travailleur rétribuer ?

Chaque vie a un sens et ce sens est indiqué par l’homme debout « créé droit, jusque dans son corps même, avec un visage élevé… Ainsi l’homme, levant son regard vers les astres, aspirerait à ce lieu où il voit une demeure si heureuse et éternelle ». (St Bernard)

 

Au cours de l’existence, des évènements, des situations, qui ouvrent un champ de possibles, nous mettent en face d’un choix : ce choix libre qui engage et qui possède sa part de risque. Le risque de l’amour, qui laisse loin derrière, tous les petits calculs de l’ambition, les petits arrangements confortables de la routine et des idées toutes faites susceptibles de conjurer nos peurs. Le regard se limite à contempler son ventre ou ses chaussures…

 

Le pèlerin, lui, regarde droit devant, vers ce qu’il espère alors même que parfois il se sauve d’une vie désordonnée, vide et insensée. Qui a mis en lui ce désir profond comme un appel ? Il ne va pas en marche pour marcher, il se rend… Et s’il se rend, c’est pour aller toujours plus loin et recevoir l’invitation ultime à donner sa vie pour Lui.

 

Toujours plus loin, toujours plus haut !

Léonard

(Extrait de la "Lettre de l'Hospitalité 74")

 

 

 

Le Temps de Compostelle

                                     

C'est une vidéo et un livre 

 

réalisés par  l'Hospitalité Saint Jacques

Voir page "actu"

_______________________________________________